Straub et Huillet, tout face : l’œil comme programme éthique

Nous publions plus bas Entretiens de Danielle Huillet et Jean-Marie Straub avec Thierry Jousse, sortis sous format vinyle en 1998, aux éditions Rectangle ©. 


Ce diaporama nécessite JavaScript.

Straub et Huillet, tout face ⌈1⌋

⌈1⌋ :  «Je ne sais qui demandait à un de nos gueux qu’il voyait en chemise en plein hyver, aussi scarrebillat que tel qui se tient ammitoné dans les martres jusques aux oreilles, comme il pouvait avoir patience: “Et vous, Monsieur, répondit-il, vous avez bien la face découverte: or moy, je suis tout face”», Montaigne, Essais I, chap. XXI, cité par Robert Bresson dans Notes sur le cinématographe, p. 42: «Modèles. “Tout face”».

La pratique de l’œil comme programme éthique

Les Straub comme disent certain(e)s… comme si ce nom était un déterminant d’activité: l’activité cinématographique de J-M Straub et Danielle Huillet aurait donc développé une terminologie propre aux éléments qu’elle soulève, et ainsi on dit « un film des Straub » comme on dirait « un film de fiction » ou « un film documentaire ».   On aura l’occasion dans de futures publications de voir plus lentement quels sont ces éléments.

L’art, la discipline et l’expérience du regard sont les traits les plus innocents de leur cinématographie: préoccupation de l’innocence dans le geste créatif qui fait de leur travail l’un des plus politiques qui soient.

Donner du front contre les bornes du langage, c’est là l’éthique,  de Wittgenstein était l’une citations-ritournelles de Fernand Deligny. Concernant Les Straub, l’éthique devient en tout point l’optique, elle est  intégrée au processus physique du regard: donner du front c’est apprendre à voir. Non pas voir ce qui est vrai, ce qui est faux mais voir ce qu’il faut, voir ce qui est important avec justesse. L’œil n’est pas concerné par l’erreur mais le regard est constitué de l’œil qui mire, de l’objet miré et de tout ce qui pullule à foison entre les deux. Le rôle du cinématographe, si toutefois il en avait un, serait de dériver dans ce champ de foisonnement : de ricocher et de faire ricocher des choses entr’elles.

Tahar Kessi

L’Entretien :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s